AGRICLEAN – Pour une agriculture en harmonie avec l’environnement

AGRICLEAN SARL

 3, rue du Champ de la Vigne F - 74600 Seynod

Tél. 06/ 85 82 01 97 –  0041/022/750 02 30 - Fax +41/022/7500231

www.agriclean-segetis.com - E-mail : Natali@bluewin.ch

 

 

 

Voici quelques informations et conseils techniques

 

 

La saison est en train de se terminer avec des récoltes très faibles en poire et moyenne (très variable selon les régions plus ou moins touchées par gel et conditions difficiles pendant la floraison) en pomme.

Nous conseillons vivement l’utilisation de Myco-Sin (4 traitements à 6-10 kg/Ha en pré-récolte pour améliorer la conservation des fruits (voir notre note technique 2012/III pour tous les détails). Les derniers essais de compatibilité effectués par le producteur allemand montrent que Myco-Sin peut être utilisé en combinaison avec le virus de la granulose (Carpovirusine et/ou Madex) et avec les produits à base de Bt. En ce qui concerne les produits à base de chlorure de calcium il faut rester plus prudent. On peut mélanger les deux produits, mais les risques de phytotoxicité sont plus élevés qu’avec le chlorure de calcium seul. De plus, les deux produits ayant la tendance à mousser, on peut se retrouver avec une quantité de mousse difficile à gérer.

La saison ne se termine pas avec la cueillette,  car il faut considérer la possibilité d’effectuer certains traitements d’après-récolte.

 

 

 

TRAITEMENTS APRES-RECOLTE

 

 

1) PHYTOPTE SUR POIRIER

 

Nous conseillons toujours un traitement post-récolte avec du soufre  sur poirier, en cas de présence de phytopte (Eriophyes piri). 1 à 3 traitements de soufre à 2% permettent d’assainir totalement les parcelles (les traitements d’automne avec le kaolin ou des huiles minérales ont été très décevants, selon les études du FIBL en Suisse). Nous conseillons d’utiliser Aminosoufre à 2% .

Grâce à la synergie entre la vinasse de betterave et le soufre, Aminosoufre  présente la même efficacité d’un produit classique qui contient le double de soufre, avec des évidents avantages en termes de protection de la faune auxiliaire.

 

 

2) NEMATODES : CARPOCAPSE ET HOPLOCAMPE

 

Dans une note technique de septembre 2011 nous avons fait le point complet sur l’utilisation des nématodes en post-récolte sur pommier et poirier. Cette application permet de baisser de manière importante (50 à 70%) le nombre de larves hibernantes de Carpocapse, mais seulement si les conditions climatiques sont optimales au moment du traitement (nous renvoyons à notre note technique pour tous les détails concernant température, humidité, etc. ; n’hésitez pas à nous contacter si vous n’avez pas reçu cette note technique).

Nous conseillons donc fortement le traitement avec les nématodes dans les cas suivants :

-         Parcelles à problèmes, où les applications de produits de traitement n’a pas permis de réduire les dégâts de carpocapse, qui restent trop élevés

-         Parcelles présentant de possibles phénomènes de résistance au virus de la granulose ; dans ce cas il faut aussi prévoir des traitements très tardifs avec le nouvel isolat Carpovirusine Evo 2 (voir notre précédente note technique)

-         Parcelles à population estivale de carpocapse très abondante qui nous fait craindre une augmentation de la charge pour l’année suivante

-         Parcelles qui ne sont pas protégées par la confusion sexuelle et donc avec une population de Carpo qui risque d’augmenter chaque année

 

         En ce qui concerne les nématodes,  il y a un aspect nouveau qui nous semble intéressant de mettre en évidence.

Nous suivons plusieurs parcelles en France où les nématodes sont appliqués régulièrement depuis plusieurs années. Certaines de ces parcelles de pommier présentaient de problèmes assez sérieux d’attaques d’Hoplocampe au printemps. Or, les parcelles ayant reçues de nématodes présentent une baisse importante de ces attaques au fil des années. Il s’agit de simples observations et l’on sait parfaitement que les cycles de l’Hoplocampe peuvent varier énormément d’une année à l’autre (voir aussi notre note technique complète de 2010 sur l’Hoplocampe et les moyens de contrôle biologique contre ce ravageur). Toutefois, la lutte contre l’Hoplocampe étant tellement difficile en bio qu’il nous semble important de ne pas négliger une possibilité concrète d’un traitement potentiellement intéressant.

D’ailleurs, nous avons compulsé la bibliographie et nous avons trouvé des publications américaines qui prouvent l’efficacité de la lutte contre l’Hoplocampe avec l’aide des nématodes (environ 50% de larves infectées).

Les recommandations mentionnées plus haut sur l’utilisation des nématodes doivent donc s’élargir :

-         Il est fortement conseillé d’utiliser les nématodes à l’automne sur les parcelles de pommier qui ont présenté des attaques sérieux d’Hoplocampe dans les années précédentes

 

3) KAOLIN A L’AUTOMNE

 

Le traitement après-récolte avec du kaolin calciné pour rendre difficile la migration automnale de plusieurs ravageurs importants (puceron cendré, puceron mauve et brun du poirier, puceron noir et vert du pêcher, etc.) est depuis quelques années très conseillé, mais les résultats sont très variables et soulèvent des doutes quant à la réelle efficacité de cette technique.

Les récents travaux de l’INRA de Gotheron dans la moyenne vallée du Rhône aident à clarifier la situation.  La précocité du vol de retour est très difficile à estimer, du moment qu’elle semble dépendre des conditions climatiques de l’été (sécheresse et chaleur la favoriseraient). Compte tenu de cette variabilité et des dates relevées sur deux ans (sachant aussi que les femelles arrivent toujours environ 15 jours avant les mâles), les auteurs de l’étude affirment que pour être efficace le premier traitement au kaolin devrait être réalisé vers la mi-septembre ou au plus tard début octobre.

La technique peut donc être intéressante seulement pour les variétés déjà totalement récoltés à ces dates ; elle est par contre absolument à conseiller dans les vergers méridionaux soumis à des attaques de mouche méditerranéenne.

Pour cette application les deux produits homologués, Surround et Sokalciarbo, présentent la même efficacité ; il faut utiliser 50 kg/ha pour le premier traitement et prévoir un deuxième traitement à 30 kg/Ha si la pression printanière a été importante et si la chute des feuilles est tardive.

Au niveau de la réglementation en AB, la situation est comique (mais à la fin tragique). Le kaolin calciné est une argile et comme cela clairement indiquée dans la liste positive de l’Annexe 2 (engrais et amendements). Or, en France (seul pays d’Europe) Surround et Sokalciarbo ont été homologué en tant que produits phytosanitaires.  Les argiles n’étant pas présentes dans l’Annexe 1 (qui concerne les produits de traitements), des certificateurs trop zélés ont posé des problèmes à quelques agriculteurs biologiques (par contre ils ne disent rien sur d’autres formulation de kaolin non homologués …….. . )

La situation est en train de se régler, la Commission européenne a donné, bien entendu, un avis favorable, mais il faut un peu de temps. En cas de problème avec un certificateur il faut prendre contact avec nous, il s’agit exclusivement d’un stupide problème de bureaucratie qui ne doit pas porter aucun préjudice aux agriculteurs biologiques.    

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

Si l’un ou l’autre des produits mentionnés dans cette note technique vous intéressent, nous vous remercions d’avance de remplir le talon ci-joint et de nous l’envoyer par la poste ou par fax ou par  e–mail aux adresses d’Agriclean (bien entendu vous pouvez aussi nous communique votre commande par un simple appel téléphonique : 06/85 82 01 97)

 

 

Je commande :

 

 

 

 

 

 

 

 

Adresse de livraison :

 

 

 

 

Adresse de facturation (si différente de l’adresse de livraison) :

 

 

 

 

 

Date :                                                                         Signature