AGRICLEAN – Pour une agriculture en harmonie avec l’environnement

AGRICLEAN SARL

 3, rue du Champ de la Vigne F - 74600 Seynod

Tél. 06/ 85 82 01 97 –  0041/022/750 02 30 - Fax +41/022/7500231

www.agriclean-segetis.com - E-mail : Natali@bluewin.ch

 

 

 

SAISON 2011-2012

BILAN ET DERNIERS TRAITEMENTS

                       

 

La saison qui est en train de se terminer a été caractérisée par des conditions climatiques désastreuses (gel, humidité et froid pendant la floraison, etc.) qui ont affecté les vergers dans la plupart des régions françaises (et aussi dans une bonne partie de l’Europe). Comme conséquence, une récolte qui s’annonce petite à moyenne ; dans certaines régions (Nord, Limousin, Val de Loire) il n’y a presque pas de fruits sur les arbres.

Cerise sur le gâteau, les conditions climatiques difficiles ne se sont pas arrêtées à la floraison et donc nous avons eu une année très compliquée pour les maladies, notamment pour la tavelure.

Voici quelques commentaires et quelques conseils sur les derniers traitements de la saison.

 

1)      TAVELURE – Au milieu du mois de juillet les traitements anti-tavelure ne peuvent pas s’arrêter, car les conditions climatiques favorables sont bien présentes et des tâches de tavelure, notamment sur fruits, sont fréquentes dans la plupart des vergers. Le seul produit qui permet de bloquer l’infection reste la BSC italienne (bien sûr sur des tâches très anciennes et très développées le produit aura une efficacité relative).

La BSC n’aime pas trop les températures élevées, donc les traitements avec ce produit dans cette période de l’année doivent être obligatoirement programmés le matin ou en fin d’après-midi, avec une préférence pour le matin pour profiter de traiter sur feuillage humide par la rosée matinale. Il ne faut pas avoir peur d’utiliser la BSC (toujours seule) à cette époque de l’année, car les plantes ne souffrent finalement pas trop de ces applications, qui par contre ne doivent absolument pas dépasser les 10 kg/Ha. Les traitements avec la BSC présentent  l’avantage de fournir au végétal du calcium, élément très important dans cette période.

Fitogeo K (engrais à base de vinasse de betterave, bicarbonate de potassium et soufre) a démontré encore une fois son intérêt dans la lutte contre la tavelure comme alternative à la BSC dans les moments les moins critiques de risque tavelure. Le produit doit être utilisé de la même manière que la BSC avec un dosage de 6-8 kg/ha. C’est le produit idéal pour faire le dernier traitement contre la tavelure en agriculture biologique mais aussi en conventionnel.

 

 

2)       MALADIES DE CONSERVATION -  L’année passée nous avions préparé une note technique complète sur l’utilisation de Myco-Sin (argile sulfurée) contre les maladies de conservation, notamment la Gléosporiose, en présentant des résultats très intéressants avec ce produit obtenus dans différents pays européens, dont la France.

 

 

 

La Station de Recherche de la Morinière a récemment présenté d’autres résultats avec Myco-Sin, obtenus pendant la saison 2011-2012. Voici notamment les conclusions de l’essai sur la variété Pink Lady : « Lors de la saison 2011, la contamination par du Gleosporium a été important sur les fruits issus de la seconde cueille : 48% de fruits atteints sur la modalité témoin. Le traitement à base d’Armicarb/Soufre (3 kg/ha de Armicarb + 3 kg/ha de soufre) se révèle inefficace contre les développement du Gléosporiose ; en effet, le pourcentage de fruits atteints est comparable à la modalité non traitée. La modalité avec application de Myco-Sin (10 kg/ha en quatre traitements : 22 jours avant récolte 1 et 38 jours avant récolte 2 – 16 jours avant récolte 1 et 32 jours avant récolte 2 – 4 jours avant récolte 1 et 20 jours avant récolte 2 – 9 jours avant récolte 2) est comparable aux programmes avec les différentes matières actives utilisées en pré-récolte : 1er traitement avec Delan (Dithianon 70%) à 0,5 kg/ha – 2ème traitement avec Bellis (Pyraclostrobine 128 g/kg + boscalid 252 g/kg) à 0,8 kg/ha – 3ème et 4ème traitements avec Geoxe (Fludioxonil 50%) à 0,4 kg/ha. En effet, les traitements avec Myco-Sin limitent le développement du Gleosporium jusqu’à 75% en comparaison au lot témoin pour la deuxième récolte du 7 novembre ».

Ces résultats confirment que Myco-Sin est la solution idéale pour lutter contre les maladies de conservation sur fruits à pépins en agriculture biologique ; au vue de derniers résultats, ce produit  peut aussi représenter une alternative efficace et concrète aux traitements chimiques de pré-cueillette en agriculture conventionnelle, notamment pour les producteurs engagés dans les programmes « résidus zéro ».

 

Recommandations pour l’utilisation pratique de Myco-Sin – Pour lutter contre le Gleosporium les traitements avec Myco-Sin doivent commencer environ 5-6 semaines avant la récolte ; il faut prévoir 4 traitements à la dose de 4 kg/ha/mètre d’hauteur de la canopée (donc entre 6 et 10 kg/ha).

Attention – Pour éviter éventuels problèmes (augmentation de rugosité sur certaines variétés sensibles comme Golden) il faut suspendre totalement les traitements avec des produits à base de cuivre une fois que l’on commence les applications avec Myco-Sin.

 

 

3)      CARPOCAPSE ET TORDEUSES – L’année ne semble pas trop propice au carpocapse ; pour le moment la situation est sous contrôle.

La Carpovirusine (virus de la Granulose) a obtenu récemment une nouvelle homologation contre la tordeuse orientale du  pêcher (Cydia molesta) sur pêcher et pommier. Ce produit, utilisé à la dose habituelle de 1 L/Ha, a une efficacité comparable à Delfin (Bt) et Success 4 (Spinosad) et pas très loin des produits chimiques de référence comme Karate, Decis ou Calypso.

En agriculture biologique la Carpovirusine peut représenter une alternative intéressante au Delfin (Success 4 ne devrait pas être utilisé à cette époque, trop de risques d’impact négatif sur la faune auxiliaire) pour la lutte contre la tordeuse sur pêche. Sur pomme, elle est encore plus intéressante, car avec un seul traitement on peut lutter contre le Carpocapse (n’oublions pas que les traitements en fin de saison peuvent avoir une grande influence sur les populations de l’année suivante) et contre la Tordeuse orientale qui attaque souvent les pommes en fin de cycle (même avec la confusion double)

En agriculture conventionnelle, le DAR très court (3 jours) devrait représenter une motivation importante pour l’utilisation de ce produit près de la récolte.

 

 

 

 

 

Une autre nouveauté de cette année est l’homologation d’un nouvel isolat du virus de la granulose : Carpovirusine Evo2. Attention aux risques de confusion autour de ce produit. Il ne s’agit pas d’une nouvelle souche (la souche est toujours la souche Mexicaine présente dans la Carpovirusine 2000 et aussi dans Madex), mais d’un nouvel isolat que Arysta a développé en partant de la même souche mexicaine. Cet isolat maintient une bonne efficacité même en présence de populations de Carpocapse résistantes au virus. Il s’agit donc de la même stratégie conçue par Andermatt Biocontrol en Suisse avec Madex Plus.

EVO 2 n’a pas une efficacité supérieure à la Carpovirusine 2000 en présence de populations normales de Carpocapse, mais devient très important dans des situations de doute ou de résistance avérée (et donc d’échec partiel ou total du virus).

Donc notre recommandation est la suivante : si vous avez l’impression que les traitements avec le virus (Carpovirusine ou Madex) n’ont pas été aussi efficaces que les années précédentes ou si votre verger est dans une région où des cas de résistance avérée sont connus, il serait souhaitable de faire au-moins le dernier traitement avec Evo2, dans le but de baisser la population résistante, en se préparant pour une gestion plus complexe pour les saisons prochaines.     

Dans tous les autres cas, il faut continuer à utiliser normalement la Carpovirusine 2000.

  

 

 

Si l’un ou l’autre des produits mentionnés dans cette note technique vous intéressent, nous vous remercions de compléter le talon ci-joint et de nous l’envoyer par la poste ou par fax ou par e–mail aux adresses d’Agriclean (bien entendu vous pouvez aussi nous communiquer votre commande par un simple appel téléphonique : 06/85 82 01 97)

 

 

Je commande :

 

              E. 5,90/kg (5,50/kg pour commande supérieure à 100 kg)

 

  (6,15/kg pour commande supérieure à 100 kg)

 

  E. 37,00/L (36,00/L pour commande de 1 carton = 12 L)

 

  E. 41,50/L (39,80/L pour commande de 1 carton = 12 L)

 

Adresse de livraison :

 

 

 

 

Adresse de facturation (si différente de l’adresse de livraison) :

 

 

Date :                                                                        Signature