Strict Standards: Declaration of action_plugin_captcha::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /var/www/vhosts/fruitsbiopartage.net/httpdocs/dokuwiki/lib/plugins/captcha/action.php on line 15

Strict Standards: Declaration of action_plugin_botbouncer::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /var/www/vhosts/fruitsbiopartage.net/httpdocs/dokuwiki/lib/plugins/dokuwiki-plugin-botbouncer-master/action.php on line 0
tavelure []
Titre menu

Lutte contre la tavelure du Pommier

Eléments de biologie

Contamination primaire

La tavelure hiverne sous forme de périthèces sur les feuilles de pommiers.

En sortie d'hiver, sous l'effet des remontées de température, la maturation des périthèces évolue pour arriver au stade où les spores peuvent être projetées.
Les projections ont lieu en journée à la faveur d'une pluie (effet mécanique).
En région Rhône-Alpes, les toutes premières projections apparaissent en moyenne en mars.
Ces projections se poursuivent à la faveur des pluies jusqu'à épuisement du stock d'ascospores jusqu'à mi juin environ. Cette phase constitue ce que l'on appelle les contaminations primaires.

Les ascospores ont besoin d'eau liquide pour germer. La contamination peut débuter à partir du stade C3 du pommier.
La contamination ne se produit que si les organes verts, sur lesquels tombent les spores contaminatrices, restent mouillés un certain temps qui dépend de la température.
On considère qu'après une période sèche de 8h, si la contamination n'a pas eu lieu, elle est interrompue.

C'est le plus souvent du 15 avril au 15 mai qu'ont lieu les plus grosses contaminations à la faveur des remontées de température et d'un feuillage plus développé (période de la floraison). En fin de contamination primaire, s’il n'y a pas de tache, la protection tavelure peut être stoppée.
Une pluie n'est contaminatrice que si elle est associée à une température favorable comprise entre 7 et 30 C.

Contamination secondaire

Si la contamination a eu lieu, le mycélium se développe sous l'épiderme de la feuille. Après une période d'incubation variable en fonction de la température, des taches diffuses apparaissent.
Plus tard, les taches prennent un aspect duveteux indiquant que le mycélium mature produit des conidies aussi appelées spores d'été.
Les conidies sont dispersées par la pluie et le vent. Lorsqu'elles se déposent sur les feuilles ou les fruits, en présence d'eau, elles causent de nouvelles taches, qui produiront de nouvelles spores et ainsi de suite.
Ces infections secondaires causées par les conidies, peuvent se poursuivre tout l'été si les conditions sont favorables.

Rappel des conditions de contamination

Une contamination n’est effective que si :

  • Le stade sensible C-C3 pour le pommier est atteint.
  • Des ascospores ont été projetées par une pluie contaminatrice sur les organes verts.
  • La végétation est humectée suffisamment longtemps (cf. tables de Mills) pour permettre la germination des spores.

Pour plus d'information consultez:
Site de l'INRA
et+ d'infos sur la tavelure

OUTILS D’AIDE A LA DECISION

Modèle rimPro ou modèle Melchior, qui permettent de dater et déterminer l’intensité des contaminations par la Tavelure.

Des données météorologiques alimentent les modèles tavelure. Ces modèles de simulation sont basés sur l’estimation de l’intensité du risque de contamination (léger, assez grave, grave) engendré, suite à une projection de spores, par la combinaison entre les durées d’humectation du feuillage en heures et les températures associées aux Tables de Mills et Laplace.

Ils permettent de déterminer :

  1. si des projections ont eu lieu.
  2. le pourcentage d'ascospores libérées.
  3. la gravité des contaminations

Le piège Marchi qui, à partir de feuilles contaminées permet de capturer les spores libérées.

Méthodes de lutte

Mesures préventives

Variétés Pour les nouvelles plantations, choisir si possible des variétés peu ou modérément sensibles ou des variétés résistantes.
Voir caracteristiques des variétés.

Conduite de la culture Favoriser le séchage rapide des arbres, par un choix de parcelle aérée, en coteaux. Limiter le nombre de charpentières. Choisir un porte greffe pas trop vigoureux. Eviter les plantations trop denses et les rangs doubles.

Ne pas faire de taille d'hiver trop sévère et éviter les fertilisations azotées excessives.

Réduction de l'inoculum Diminuer l'inoculum primaire en détruisant le maximum de feuilles mortes, par broyage et par épandage de produits favorisant la décomposition.(ADENIA LEAF (produit ANGIBAUD)

Lutte phytosanitaire

Produits utilisables

En Europe divers produits sont utilisables, il faut vérifier les autorisations qui varient beaucoup en fonction des pays et évoluent régulièrement.

Le cuivre

Il en existe différentes formes :

En France la dose homologuée pour les différentes formes apporte la même dose de cuivre métal à savoir environ 2.5kg/ha.

la limite annuelle est en 2011 de 6 kg par hectare. les doses utilisées sont très variables. Le cuivre a une action uniquement préventive. Il est efficace sur la tavelure mais aussi sur de nombreux autres champignons et sur les bactéries.

les formes de cuivre sont diverses Quatre sont plus utilisées:
- Le sulfate de cuivre: Plusieurs formulations en contiennent dont La BOUILLIE BORDELAISE C’est un sulfate de cuivre neutralisé à la chaux. 20% de cu métal. Elle est reconnue pour être plus persistante sur le feuillage.(lessivage à 20-25 mm ). Certaines formulations permettent de beaucoup réduire les doses de cuivre :
Le CUIVROL engrais contenant (Sulfate de cuivre 18%cu + bore + zinc + molybdène). AMINOCUIVRE, fertilisant liquide contenant du sulfate de cuivre complexé par des oligo-peptides (5% Cu).

- L'hydroxyde de cuivre Sel obtenu par traitement du sulfate de cuivre à la soude. Moins phytotoxique mais aussi moins persistant que la Bouillie Bordelaise. Son avantage réside dans son action choc : libération massive et rapide des ions cupriques et une bonne couverture des organes.
C'est la formulation qui permet le mieux de réduire les doses avec ou sans adjuvant sans perdre d'efficacité. Par exemple en Suisse avec une dose annuelle de 1.5kg de cuivre métal par an, on utilise 500g en hiver au débourrement pour un nettoyage puis au moment des risques au doses de 100g /ha associé à 3kg de souffre.

Divers produits commerciaux dont KOCIDE ou FUNGURAN-OH 50%Cu métal CHAMP DP 37.5% Cu métal …

OSMOBIO CUIVRE Phytostimulant contenant de l'hydroxyde de cuivre 6.25% de Cu et des algues marines.

-L’oxychlorure de cuivre Nombreux produits commerciaux.
Sel de cuivre obtenu du traitement du cuivre métal à l’acide chlorhydrique. Il est moins phytotoxique que la Bouillie Bordelaise, mais moins actif aussi. Il est moins actif que l'hydroxyde.

-L’oxyde cuivreux produit commercial : Nordox…
Il est le plus concentré en cuivre métal 75% Les risques de phytotoxicité en arboriculture sont importants. Il a une bonne tenue et un bon effet bactéricide, il vaut mieux le réserver sur d'éventuels traitements d'hiver (chancre ou bactéricide).

Pour mémoire d'autres formes moins utilisées : L’acétate de cuivre Le tallate de cuivre Le carbonate de cuivre déployé (CCD) il contient 12,5 % de cuivre. Il est très adhérent, pénétrant au cœur du feuillage, peu phytotoxique.

Intérêts du cuivre
  • Meilleur produit préventif,
  • Agit à basse température,
  • A petite dose stimule les défenses naturelles des végétaux,
  • Efficace contre les bactéries.
Inconvénients et effets indésirables
  1. Le cuivre est phytotoxique, il freine le développement végétal; phénomène accentué si les pulvérisations sont faites par temps humide.Dans tous les cas, tout traitement cuprique

devrait s’effectuer sur feuillage sec . Le cuivre provoque des nécroses sur jeunes pousses non aoûtées.

  1. Il brûle le pollen : sa présence est dangereuse

au moment de la pollinisation, il peut entraîner la coulure des fleurs. Conséquence pratique : on ne traite jamais pendant la floraison.

  1. Le cuivre provoque du russeting sur les variétés sensibles.

Comme tous les métaux lourds le cuivre s'accumule dans le sol.

  1. Il est nocif sur les vers de terre et la microfaune du sol.
Le Soufre

Le plus souvent utilisé sous forme de poudre mouillable comme par exemple THIOVIT ou MICROTHIOL ( 80% de soufre micronisé).

La dose utilisée peut varier de 3 à 7,5 kg/ha, notamment en fonction de la température car l'efficacité du soufre augmente avec la température. Il est pratiquement inefficace au dessous de 10°C. La libération de dioxyde de soufre actif contre les champignons a lieu en présence d'humidité et de lumière, elle est activée par la chaleur. Il est plus lessivable que le cuivre, entre 15 et 20 mm.
Il peut être aussi dégradé en absence de pluie simplement par l'humidité (rosée…). Le produit est donc à utiliser en préventif le plus près possible de la projection (la veille idéalement), sinon à 5 jours maximum. Il a un effet stop jusqu'à 10h après une contamination, dans cet utilisation, il peut être utilisé sur feuillage mouillé.

Intérêts du Soufre
  • Peut être utilisé sur feuillage humide 4 à 8 h après les contaminations.
  • Moins phytotoxique que le cuivre
  • Actif sur l'Oïdium.
  • Pas ou peu toxique pour les microorganismes du sol.
  • Freine le russeting sur les variétés sensibles.
  • Peut être mélangé au cuivre mycosin et armicarb.
Inconvénients et effets indésirables
  1. Peut être phytotoxique en cas de fortes chaleurs.
  2. Se dégrade rapidement.
  3. Peut poser des problèmes de résidus voir de mauvais goût.

Comme pour le cuivre il existe des formulations combinées avec des plantes, les algues, les oligos, les acides aminés, l’argile, permettant de baisser les doses en utilisant l’effet synergisant .

La bouillie sulfo-calcique

(soufre + chaux) Le produit le plus connu est la BSC italienne, Curatio, très utilisée en Europe La dose utilisée est de 10 à 15 l/ha. L'intérêt principal de la BSC est son efficacité stop sur la tavelure : appliquée 12 à 30 h après la projection, elle peut bloquer la germination des spores. Elle est efficace lorsqu'elle est appliquée sur feuillage humide. C'est le produit de rattrapage le plus efficace utilisable en agriculture biologique. Son utilisation doit s'accompagner de précautions car il est irritant pour l'utilisateur et très corrosif sur les métaux ! (nettoyage obligatoire des atomiseurs aussitôt après le traitement). Il est très instable et ne présente donc pas d'intérêt en préventif.
Phytotoxique sur de nombreuses variétés de poiriers, (peut être utilisé sur Williams et Packam.

Intérêts
  • Effet stop
  • Applicable en condition humide
Inconvénients
  1. Très corrosif ph>12
  2. Risque de phytotoxicité en particulier sur Golden
  3. Instable n'a pas d'intérêt préventif
Mycosin

Il est composé d’extraits naturels riches en silices acides et organiques, produit à partir de prèle et terres diatomées. Utilisé à 0,8 - 1 % il est efficace en préventif contre la Tavelure et l'oïdium au printemps, son action n’est plus suffisante en plein été. La silice agit en suscitant une réponse d'autodéfense du végétal.
Phytotoxique en association avec le cuivre.
Ne pas utiliser de cuivre après avoir utiliser du Mycosin. Il est par contre intéressant en fin de saison pour son activité sur Gléosporium (8kg/ha).

Intérêts

  • Il agit en condition froide et peut éventuellement se substituer au Cuivre sur des infestations modérées avant floraison. Pendant la floraison son type d'action est complémentaire à celle du soufre auquel il peut (doit) être associé.

Inconvénients

  1. Pas assez efficace sur des contaminations importantes.
  2. Ne peut être associé qu'au soufre.
  3. Formulation peu pratique.
L’armicarb

voirFiche produit

Produit contenant 85% Bicarbonate de potassium Armicarb est un fongicide de contact, sur pommier, il est actif contre la tavelure et la maladie de la suie.
Il est très soluble dans l'eau et se dégrade très vite en condition humide. Il est appliqué à une dose de 4.8 kg/ha (0.3 %); sa meilleure période d'application va du stade J jusqu'à 8j avant la récolte.
Il ne laisse pas de résidus.

Si la pression de la tavelure est importante, l’efficacité de l’Armicarb est insuffisante.
Son effet déssicant est utilisé pour l'éclaircissage au moment de la floraison.

Autre produit similaire le VITISAN 100% bicarbonate de potassium

Intérêts
  • Effet stop jusqu'à 18h.
  • Ne pose pas de problème de résidus
  • Peut être associé au soufre ce qui permet d'abaisser les concentrations des deux produits.
  • Il est intéressant sur variétés résistantes à la tavelure, pour prévenir ou combattre les taches de suie.
Inconvénients
  1. Rapidement dégradé en conditions humides
  2. Phytotoxique en cas de concentration du produit, provoque des nécroses et chute de feuilles.
  3. PH de 8,5

Ne pas mélanger avec d’autres produits que le soufre

Les autres produits Ils sont plutôt à classer comme des SDN ou des adjuvants permettant de diminuer les doses des produits et de stimuler la défense du pommier. Ils présentent dans certaines situations des activités ou des synergies intéressantes. Ils sont nombreux et variés, on peut citer:

  1. Les tisanes ou les purins de prêle et d’ortie.
  2. Le Prev-B2 ou Prev-AM sont des engrais organiques à base de bore associé à de l’essence d’orange.
  3. Iodus 2 de Goëmar, le principe actif est la laminarine. Il s'agit d'une molécule naturelle extraite d’une algue brune, intéressant plutôt pour son action préventive contre le feu bactérien.
  4. Serenade (Bacillus subtilis QST713)

actif sur Tavelure et Brûlure bactérienne.
mode d’action : Les bactéries produisent 30 différents lipopeptides, qui “attaquent” les parois et membranes cellulaires de spores bactéries et mycéliums de champignons bactéries.
Il y a 3 groupes de lipopeptides ( surfactins, agrastatins et iturins) ayant chacun différentes chaines d’acide gras et d’acide aminé, qui travaillent conjointement et en synergie.
La bactérie induit les défenses naturelles des végétaux par activation de leur gènes de défense.
Le mode d’action de Serenade est à 60% par l’activité des lipopeptides et à 40% par stimulation des défenses.
Les applications tardives peuvent laisser des dépots sur les fruits.

Et beaucoup d'autres Ajoutez ceux que vous avez testés.
Entrez les infos que vous avez sur les meilleures conditions d'applications.

Stratégies

Généralités : Les traitements préventifs doivent être appliqués le plus près possible du moment de l’infection, afin de perdre le moins d’efficacité possible. Les traitements stop sont très pointus à mettre en place mais sont la meilleure façon d'utiliser le potentiel des produits alternatifs au cuivre.

Stratégie 1

A appliquer pour des risques moyens à importants.

En résumé : Seul le cuivre à une persistance et donc une action préventive suffisante pour les cas difficiles.
Les doses sont à raisonner en fonction du risque; 100 à 600g de Cu métal /ha/application sont suffisant dans toutes les situations.

Le soufre sera utilisé en lutte préventive juste avant la pluie contaminatrice à l'aide de soufre micronisé 3 à 7.5kg par hectare en fonction des conditions atmosphériques. L'armicarb présente le même profil.
Ils ne commencent à être efficaces que quand les feuilles deviennent humides et sont contaminées.
En utilisation “Stop”, la combinaison de soufre et de bicarbonate de potassium offre le meilleur niveau d'efficacité s’ils sont appliqués au moment ou juste après le début de l’infection.
le soufre est efficace sur spores en phase de germination, et l'Armicarb sur les spores qui pénètrent déjà dans les tissus.

La bouillie sulfo-calcique, elle, est encore efficace 30 heures après le début de l’infection, du moment que les feuilles sont encore humides au moment du traitement.

préconisation

Du stade C au stade E
Bouillie bordelaise 0.7kg/hl intéressante pour sa libération lente)
ou oxychlorure 0.25kg/ha pour son activité bactéricide
ou Cuivrol
+ Soufre 7.5kg(oïdium) (pas actif si température <10°c)
Application avant une pluie annoncée.
Prévoir une application préventive systématique avant fleur pour moins intervenir pendant la floraison.

Stade E2 à I: Eviter les applications au stricte nécessaire. Armicarb + soufre

Stade J jusqu'à la fin des contaminations primaires.
-1 Période pluvieuse annoncée de courte durée et si température >12°C soufre (renforcé par adjuvant ou SDN) ou soufre+Armicarb.
-2 Période pluvieuse annoncée de longue durée ou prévu pour + de 20mm ou température < 12°C cuivre (plutôt hydroxyde) + soufre renforcé par des adjuvants ou SDN. application sur feuillage sec impératif.
En stop:
moins de 18h soufre + armicarb.
Plus de 18h BSC appliquée sur feuillages humides. De Juin à Aout: si des contaminations primaires ont eu lieu. même stratégie que précédemment arrêt du soufre fin juillet à remplacer par Armicarb. Arrêt du Cuivre lorsque l'on considère que la dose limite acceptable au niveau du sol est atteinte, à remplacer par mycosin.

Stratégie 2

Inscrivez ici une stratégie alternative

 
tavelure.txt · Dernière modification: 2015/03/20 06:41 par fruitsbioadmin     Haut de page
Recent changes RSS feed Creative Commons License Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki Design by Chirripó