Strict Standards: Declaration of action_plugin_captcha::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /var/www/vhosts/fruitsbiopartage.net/httpdocs/dokuwiki/lib/plugins/captcha/action.php on line 15

Strict Standards: Declaration of action_plugin_botbouncer::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /var/www/vhosts/fruitsbiopartage.net/httpdocs/dokuwiki/lib/plugins/dokuwiki-plugin-botbouncer-master/action.php on line 0
phytotherapie []
Titre menu

Phythothérapie en production fruitière

Les préparations à bases de plantes font parties des méthodes de luttes alternatives contre ravageurs et maladies utilisées en arboriculture bio.
Les connaissances proviennent souvent de savoir ancestraux, les études récentes permettent d’affiner les méthodes et de comprendre certains modes d’action.
Ce sont des méthodes douces qui ne perturbent pas les équilibres et n’ont pas d’impact négatif sur l’environnement.
Elles sont un bon complément des autres techniques.

Mode d’action

Les principes actifs des plantes sont nombreux et associent des molécules chimiques très variées ou des minéraux qui agissent généralement en synergie.

Action directe

Certaines plantes contiennent des substances biopesticides agissant directement sur l'agresseur. On peut citer entre autres des insecticides Pyrèthre, Rotenone, Extrait de Neem.

Action répulsive

Des substances volatiles libérées vont éloigner les insectes ravageurs (Ail, Ortie, Tomate, sureau…)

Action mécanique

Les plantes, ont des barrières protectrices contre les bioagresseurs : cuticule, paroi pectocellulosique . Ces barrières mécaniques leurs confèrent une résistance constitutive, certaines préparations vont permettre de renforcer ces défenses. Exple : la silice contenue dans la prêle en renforçant les parois cellulaires va limiter les attaques fongiques et gêner les insectes piqueurs

Stimulateurs des défenses naturelles (SDN)

Ces substances vont renforcer les propres moyens de défense des plantes, plutôt que de combattre directement l’agresseur.

Les plantes ont mis en place des systèmes de défense active.
Ces mécanismes de défense se décomposent grossièrement en trois phases : reconnaissance, signalisation puis réactions de défense.
Lors d’une attaque, les mécanismes de défense active se mettent en place. Ceux ci sont variable, ils peuvent débuter par la réaction d’hypersensibilité, mais aussi par l’émission de signaux d’alerte.
Il s’ensuit la synthèse de molécules de défense à action directe ou indirecte.
La synthèse des molécules de défense peuvent se généraliser à la plante entière ( résistance systémique acquise).
La plante est alors préparée à une nouvelle attaque du pathogène ou d’un autre agresseur et pourra y répondre plus rapidement.

La perception d’un agent pathogène implique la reconnaissance d’un éliciteur spécifique ou non spécifique (molécule produite par l’agent parasite de plantes induisant la production de signaux).
La phytothérapie va utilisé les propriétés d'éliciteurs non spécifiques de certaines substances.
Plusieurs molécules d'origine biologique sont connues pour être des éliciteurs comme certains polysaccharides, lipides, la laminarine (extrait d'algue principe actif du Iodus), Fen560 issu de graines de Fenugrec chitosan (origine animal).

Outre les éliciteurs, ils existent aussi des “potentialisateurs”. Contrairement aux éliciteurs, ces derniers ne déclenchent pas la production de molécules de défense par les cellules végétales après leur application mais, en cas d’infection par un pathogène, le potentialisateur accélere les réactions de défense qui s’exprime très rapidement et fortement et renforcent leur résistance aux maladies.
C’est le mode d'action des champignons mycorhizogènes, qui vivent en symbiose avec les racines de nombreuses plantes (Myc).

Biostimulant

Les préparations à base de plantes sont riches en éléments minéraux N (ortie) K (Consoude) et en oligoéléments (Ca, Mg, Fe, Bo, Zn, Cu, Mn….). Elles agissent comme engrais foliaire. En stimulant la croissance, elles améliorent la tolérance aux stress et renforcent la résistance aux agresseurs.

En général plusieurs composants et plusieurs modes d'action entre en jeu induisant des effets complémentaires et des synergies qui améliorent l'équilibre et contribue à la bonne santé des plantes. Les préparations sont généralement utilisées en préventif et en association avec des biopesticides.

Les différentes préparations :

On utilise pour les préparations des plantes fraiches si possible, si non plantes séchées ou des extraits. Les parties utilisées sont soit la plante entière soit des parties : racine, tige, feuilles, fleurs, …. Les modes d’extraction des principes actifs sont variables en fonction des molécules et des plantes. (macération dans l’eau ou l’alcool, , tisanes, extraction par pression, distillation….).

Certaines préparations sont faciles à mettre en œuvre par l’agriculteur.

Les purins

Le purin s'obtient par macération plus ou moins prolongée de plantes dans de l'eau de bonne qualité (eau de pluie, de source, de puits …) idéalement ph 6.2 (peut- être acidifié par du vinaigre ou remonté par du lithothame) dans un récipient non métallique. On utilise en général 10 kg de plantes fraiches pour 100 litres d'eau.
On remue régulièrement (tous les jours).
Après 10 à 15 jours de fermentation à 18°C (lorsque le mélange ne produit plus de bulles lorsqu'on le remue), il ne reste plus qu'à filtrer et à utiliser dilué de 5 à 10 %.
Le purin un fois filtré peut se conserver dans un récipient hermétique, à l'abri de la lumière et à 18-20°C, durant quelques semaines.

Les purins sont utilisés dilués, en préventif comme engrais , stimulateur de croissance et SDN. Trop concentré ils peuvent provoquer des brulures

Les tisanes

Le but est d’extraire les molécules actives des plantes en les chauffant.

Les infusions

On verse de l’eau bouillante sur les plantes finement coupées et on laisse infuser 6 à 24h en les laissant dans un récipient couvert.
Il ne reste plus qu'à filtrer et à utiliser dilué à 5 ou 10 %.
les infusions sont utilisées pour les parties fragiles des plantes ou riches en huiles essentielles par exemple fleurs ou plantes aromatiques.

Les décoctions

Faire tremper pendant 24 heures 400 à 1500 g de plantes fraîches finement coupées dans 10 litres d'eau. Faire frémir pendant 15 à 30mn. laissez refroidir. Il ne reste plus qu'à filtrer et à utiliser dilué à 5 ou 10 %.
la décoction est utilisée pour les parties ligneuses de la plante, écorce racine, tige. Elles permettent de faire éclater les cellules pour mieux extraire les substances actives.

Le choix entre décoction et Infusion se fera en fonction des risques de destruction des molécules par la chaleur et de la difficulté d’extraction.

Les extraits à l'eau froide

Ce sont les plus simples à faire mais ils sont moins actifs que les autres préparations.
L’extraction des substances actives se fait en laissant les plantes finement coupées dans l’eau et en filtrant au bout de 1 à 3 jour avant le début de la fermentation.

Survol des

Usages des préparations les plus souvent utilisées

LE PURIN D'ORTIE
Riche en azote, éléments organiques et minéraux et en oligo-éléments.
Engrais stimulateur de croissance et des défenses.
Préventif contre la tavelure et l'oïdium.
Répulsif des acariens, pucerons.
LE PURIN DE CONSOUDE
Engrais riche en éléments nutritifs (en particulier azote et potasse).
USAGES: Favorise la croissance et la floraison des plantes.
DECOCTION ou PURIN DE TANAISIE
Contre pucerons, chenilles...
répulsif carpocapse...
PURIN DE FOUGERE
Contre les pucerons en particulier lanigère, les cochenilles, les  escargots et les limaces.
DECOCTION DE PRELE
La prèle est riche en silice qui renforce la résistance aux   maladies.
Utiliser en pulvérisation diluée à 20%.
contre les maladies cryptogamiques et plus

particulièrement, les monolioses, la cloque du pêcher, le botrytis .

INFUSION DE RHUBARBE
Pulvériser non dilué
Contre  les pucerons .
DECOCTION D'AIL ET D'OIGNON
utiliser sans diluer
Riche en souffre cette préparation est active

Contre les maladies bactériennes et fongiques Oïdium, Tavelure.

Répulsif contre les acariens, lespucerons et le tarsonème du fraisier et les mouches. 
PURIN DE RUE
Pulvériser dilué à 20%.
Contre les pucerons
Extrait de SUREAU
Pulvériser non dilué
Contre les pucerons,  thrips, noctuelles 
Répulsif sur les campagnols.
PURIN DE TOMATE
En préventif et curatif contre les pucerons
PURIN DE FEUILLES de BOULEAU
Tavelure des arbres fruitiers
DECOCTION ou PURIN D'ABSINTHE
contre les pucerons, les noctuelles le Carpocapse.
INFUSION DE CAMOMILLE
Préventif et curatif; contre les pucerons et pour renforcer la résistance des plantes.
PURIN DE FEUILLES DE NOYER
 Contre les pucerons et chenilles.
PURIN DE LAVANDE
Répulsif pucerons et fourmis
 
phytotherapie.txt · Dernière modification: 2013/06/03 13:50 par phil69     Haut de page
Recent changes RSS feed Creative Commons License Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki Design by Chirripó